Laisser la vie nous mener là où elle le veut bien

Collabo anonyme 

À celles qui ont su apaiser mon cœur de mère …

La fin de scolaire approchait et les vacances d’été me rendaient folle de joie. Après un dur hiver rempli de petits et de gros microbes, je pourrais enfin profiter de mes vacances avec les deux êtres que j’aime le plus au monde. Et, un soir, j’ai appris que je perdais, que nous perdions,  notre gardienne adorée, celle qui nous avait grand ouvert la porte de sa maison, mais surtout, de son cœur.

Un choix difficile pour elle, mais les lois en service de garde devaient nécessairement prendre le dessus sur la peine que cela nous infligeait. À elle; à nous… L’odeur de sa maison, les sourires complices, les découvertes, les premiers pas et l’amour inconditionnel ne s’effaceraient au grand jamais. Encore aujourd’hui, entendre son nom nous remplit de douceurs et dans notre cœur, une place bien précieuse y sera préservée.  Je serai éternellement reconnaissante pour tout ce qu’elle a fait pour nous, une confiance qui fut si précieuse à mes yeux.

C’est alors que les vacances arrivent avec son lot d’inquiétudes. Trouverais-je, durant l’été, une personne en qui je pourrai transmettre à nouveau ma confiance? Parce que je l’avoue, pour moi, mes enfants sont ce que j’ai de plus précieux. J’aime beaucoup, trop peut-être, mais vivre intensément a toujours fait partie de ce que je suis. Alors, je me suis lancée dans la recherche de cette perle qui saurait conquérir nos cœurs. Appels, visites et recherches infructueuses; les vacances prenaient une tournure marathonienne.  J’avoue, j’en ai voulu à ces maudites lois qui venaient de briser le lien que mes enfants avaient tissé avec leur éducatrice. Mais, comme la vie m’a fait don d’une mère extraordinaire, elle m’a assuré que les embûches nous feraient tous grandir et que nous trouverions une solution. Merci à toi, petite maman, de toujours voir le bon côté des choses; tu es mon équilibre…

Et, comme elle a toujours raison, le 4 juillet 13 :51, une étoile m’a souri. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas ; des choses qui arrivent au bon moment et qui devaient absolument arriver ainsi. Un coup de téléphone, une voix rassurante et sincère et deux places disponibles s’offraient à nous. Une visite, des sourires, des cœurs légers et nous savions que nous étions à la bonne place, au bon moment. Je me souviendrai toujours les paroles de ma chère collègue de travail : «tu vas le savoir quand ce sera la bonne.». C’était la bonne. Encore une fois, une personne merveilleuse nous ouvrait la porte de sa maison, mais surtout celle de son cœur. Je ne sais pas si c’est le fait que moi et mon amoureux avons de bonnes étoiles qui veillent sur nous de là-haut, mais je me plais à y croire… La vie nous amène bien où nous devons nous rendre…

Hommage à vous, chères éducatrices, qui donnez votre meilleur pour le bien-être de nos enfants. Vous faites la différence dans leur vie, dans nos vies. Le lien de confiance que vous établissez avec eux leur permet de grandir en beauté; de profiter de l’enfance qui est une étape si importante pour l’estime de soi. Merci d’être là, pour les petites et les grandes peines qu’ils vivent; vous êtes le pilier de l’attachement. Un enfant qui apprend à faire confiance aux autres est un enfant heureux.

Merci à vous deux, d’avoir apaisé mon cœur de mère.. Merci d’avoir et de cultiver le bonheur de mes enfants.

Une maman éternellement reconnaissante

Partager:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.