Un p’tit brin de lecture

 Vous le savez, ce n’est plus un secret, je suis une adepte de la « chick lit ». Pas que je n’aime pas lire des trucs plus sérieux, mais disons que j’ai un faible pour ce genre de lecture plus… légère. J’ai toujours été une rêvasseuse, donc pas besoin de vous dire que c’est le genre de lecture qui fait rêver, au même titre que les films de filles (j’imagine encore Richard Gere dans Pretty Women ahhhhhhhhh…!) Peut-être me trouverez-vous quétaine et si c’est le cas, alors je m’assume totalement! 😉 

Cet été, j’ai fait quelque chose que ça faisait longtemps que je n’avais pas fait, j’ai lu 6 livres. Ça peut être l’air de rien 6 livres, mais quand habituellement lire un livre me prend 2 mois (à raison d’une page par soir), oui c’est un record!!!! La dernière fois que j’en ai lu autant, ça doit remonter à l’époque du cégep et disons que je ne suis pas certaine que je puisse dire que je les ai vraiment lus, du moins sans avoir sauté des lignes ou des pages!

Voici mes gros coups de cœur parmi mes 6 lectures, question de vous donner peut-être des suggestions pour la librairie ou encore pour vos prochains emprunts à la bibliothèque.

 

On a juste une vie à vivre

Probablement, la phrase que j’essaie de me répéter le plus souvent. Parce que oui c’est vrai, on a juste une vie à vivre. Alors aussi bien la vivre comme on le souhaite! Et qui ne s’est pas déjà posé la question « est-ce vraiment l’existence dont j’ai rêvé? ». Malgré que ce soit tout de même pas mal romancé, je me suis facilement laissée emporter, à vouloir voir grand comme Gaëlle, mais surtout avoir son « guts », parce que des projets, j’en ai moi aussi plein la tête.

“On peut dire que la fin vingtaine me va plutôt bien ! Je suis enseignante au Cégep de Sainte-Foy, j’ai trois amies formidables (et célibataires comme moi !), qui partagent mes passions et mes folies, et j’habite dans le splendide Vieux-Québec. Mais, comme la vie est souvent pleine de surprises, une épreuve de taille m’attend. Un événement tragique fait basculer mon univers, ce qui me pousse à me questionner. Est-ce vraiment la vie dont j’ai toujours rêvé ? Où ai-je bien pu ranger mes ambitions de jeunesse ? Autour d’un énième café, au petit matin, mes copines et moi faisons un pacte : celui de profiter de chaque moment, de vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Carpe Diem… Me voilà donc en route vers Toronto, armée de mes cahiers à dessin et de ma bonne humeur légendaire, prête à me tailler une place dans le monde de la mode. Dès mon arrivée, j’élabore un plan de match pour devenir Gaëlle, la créatrice bientôt célèbre ! Mon seul problème : je ne connais personne dans cette nouvelle ville. Ce à quoi je vais remédier rapidement en trouvant un appartement à partager avec cinq (!) colocs. Heureusement qu’il existe les take-out chinois pour aider mon moral ! Et les beaux grands garçons bien bâtis aux yeux perçants pour aider ma libido… Mais je m’égare !

Vous avez ma parole : aucune distraction ne m’empêchera d’atteindre mon but !”

 

Les petites tempêtes

Avant même de commencer sa lecture, je l’avoue, j’étais septique. Je ne sais trop pour quelle raison, j’avais un doute sur l’auteure (hé oui, il m’arrive parfois de juger trop vite.) Pourtant ce livre ne cessait de m’intriguer par sa couverture et un moment donné, j’ai flanché en me disant qu’au pire, ça serait un 18,99$ de mal investi.

Et bien, je me suis royalement trompé! J’ai a-do-ré ce livre, tellement que je l’ai lu en 1 journée (un autre record!). Sérieux, je dois des excuses à Valérie Chevalier. Ce livre est superbement bien écrit, tellement qu’il a réussi à me faire rire et pleurer à la fois. Parce qu’on a tous un jour ou l’autre, des petites tempêtes dans notre vie.

“Raphaëlle ne croit pas aux contes de fées. Même lorsque tout va bien, elle est persuadée que la tempête n’est jamais très loin. Pourtant, entre deux orages, sa vie se remplit de rencontres amoureuses et de précieuses amitiés. Aux côtés de son père, qui sait trouver les mots justes et les bons silences pour lui faire du bien, la vie est douce. Et grâce à Chanterelle, sa complice exubérante au nom étrange, même les jours de pluie se transforment en fêtes. Le reste du temps, Raphaëlle enfile son tablier, attrape ses pinceaux et s’évade. Elle façonne son monde, le crée comme elle le souhaite : coloré, lumineux, intense, imparfait. À son image.

Un roman tout en fragments qui traite de l’amour qui va et vient, de la construction de soi. Un road novel rempli de surprises et de tendresse, qui part de Montréal pour nous entraîner jusqu’à Newburyport et Paris.”

 

Pourquoi pars-tu Alice

Dès les premières lignes, ce livre m’a interpelé. Probablement parce qu’au moment où je le lisais, j’étais en train de faire quelque chose que je n’avais pas fait depuis longtemps : penser à moi en m’offrant un voyage en solo, pas de chum pas enfant. Il n’y a pas de doute, cette lecture tombait à point. Je me suis reconnue immédiatement en Alice. Tellement que ça en faisait parfois un peu peur. Le genre de lecture douce, mais qui porte à réfléchir. De loin, une de mes livres préférés de cette auteure.

 “Alice Dansereau, quarante-trois ans, en fait trop pour tout le monde : épouse attentionnée, mère exemplaire, bénévole impliquée, enseignante dévouée, gestionnaire de la maisonnée, coursière, chauffeuse de taxi, etc. Lorsque son conjoint annule à la dernière minute leur voyage d’amoureux, elle prend une décision qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir assumer : tout laisser derrière pour s’offrir un moment à elle. Avec pour seul bagage sa carte de crédit, ses lunettes de soleil et son cellulaire, elle s’enfuit sur le scooter de sa fille. 

Combien de temps sera-t-elle absente? Jusqu’où ira-t-elle? Elle l’ignore pour l’instant, mais en traversant le pont Pierre-Laporte en direction de la route 132 Est, elle sait qu’elle devra faire le point sur sa vie et sur son avenir. Des centaines de kilomètres plus loin, et au fil de rencontres inattendues, Alice réalise qu’elle s’est longtemps oubliée. Elle se découvre passionnée, un peu rebelle, et aura envie d’exploser. Cet été sur la route changera sa vie à jamais.”

 

Ces liens qui nous séparent

Si vous aussi avez adoré la série “Quatres filles et un jeans”, vous ne serez pas déçus par ce dernier roman de l’auteure. J’étais vraiment impatiente de lire ce livre et je n’ai pas du tout été déçue! Même si au début j’ai été un peu perdue au travers les différents personnages et que j’ai du me démêler avec les coupures, j’ai rapidement embarqué dans l’histoire. 

Un livre qui aborde les thèmes de quête d’identité, de relations familiales parfois houleuses et d’amour.

“Sasha et Ray passent tous leurs étés dans la vieille maison de famille de Long Island. Depuis l’enfance, ils partagent tout, lisent les mêmes livres, courent les mêmes sentiers sablonneux vers la plage, dorment dans le même lit. Mais ils ne se sont jamais rencontrés ! Car le père de la jeune fille a été marié avec Lila, la mère de Ray. Et depuis leur séparation houleuse, chacun a refait sa vie et veille à ce que leurs nouvelles familles ne se voient jamais en même temps dans la maison des vacances. Mais cet été, le destin s’en mêle, aidé d’Emma, Quinn et Mattie, leurs trois sœurs irrésitibles. Les chemins de Ray et Sasha vont enfin se croiser. Et bien des certitudes vont voler en éclats.”

 

 

Et vous? Qu’avez-vous lu cet été? Quel livre dois-je absolument lire?

Partager:

Laisser un commentaire